Jai la taille fine et fr?le
      Jai la voix charmante et belle

    Chante Chante Chanterelle  

      L?me ?prise dun archet
      Quatre cordes quatre cl?s

    Chante Chanteuse Enchant?e  

      ?l?gante, dans son gilet
      Ray?,
      Elle fr?quente tous les c?urs
      Des fleurs :
      Cest la fabricante officielle du miel.

    LAbeille  

      Petit point
      Petit pas
      Petit n?ud
      Longue queue
      Diminue peu ? peu
      Petit point
      Petit chas

    LAiguille Et Le Fil  

      M?fiezvous de moi :
      Mon petit bout de bois
      Porte le feu sur lui.
      Voyez ! La flamme a lui !

    LAllumette  

      Tisseuse de la soie fine,
      La robe de M?lusine
      Fut ton ?uvre, cest certain.
      Plus l?g?re que la brise,
      Ta toile invisible a prise
      Dans la fra?cheur du matin
      Les perles de la ros?e
      O? les f?es se sont pos?es
      A lappel bleu du destin.

    LAraign?e Et Sa Toile  

      Au printemps, je prends ma belle parure ;
      En ?t?, je mets plus dhabits encor ;
      En automne, j?te mes habits dor ;
      En hiver, je suis nu dans la froidure.

    LArbre  

      Sept nains pour sauver
      BlancheNeige,
      Sept notes, la gamme, un solf?ge,
      Sept doigts aux deux mains des martiennes,
      Sept jours pour compter la semaine,
      Po?tes, sages, sacrements,
      Merveilles, chandeliers, tourments
      Marie souffrit les sept douleurs.
      Je suis l?charpe aux sept couleurs.

    LArc En Ciel  

      Sans couleur, sans yeux, sans visage,
      Sans forme, partout je voyage,
      Sous la terre ou dans les nuages,
      A travers mille paysages,
      Au fond des puits, dans les orages,
      Au creux des mains, sur les vitrages,
      Je peux monter dans les ?tages,
      Et je m?tends au long des plages.

    LEau  

      Noisette rousse ou feuille morte ?
      Je saute et file comme un trait,
      Car la queue que je porte
      Est le point dinterrogation de la for?t.

    L?cureuil  

      Questce qui est plein de trous
      Et qui retient leau ?

    L?ponge  

      Le petit gris
      Sort de chez lui
      Sans quitter sa maison.
      Puis il bourgeonne
      Ses quatre cornes :
      La pluie est de saison.

    LEscargot  

      Le printemps repeint la salle des f?tes,
      La campagne a mis sa verte moquette.

    LHerbe  

      Ventre de lin,
      Cou de satin,
      Aile en faucille,
      Babil en trilles,
      Plumes de tulle,
      Vol en virgule,
      ?il de velours,
      Et voyage au long cours.

    LHirondelle  

      Au fronton des campaniles
      Avec mes aiguilles
      Ce sont les heures que je couds
      Bout ? bout.

    LHorloge  

      On peut marcher tout droit et tourner
      en rond
      Dans cette prison.

    L?le  

      Plus on laper?oit
      Moins on voit.

    LObscurit?  

      Une chambrette
      Sans porte ni fen?tres.
      Aux murs dopale,
      Une tenture p?le.
      Sy tient cach?,
      Sans plafond ni plancher,
      Un soleil dor,
      Myst?rieux tr?sor.
      Mais pour le prendre,
      Il faut casser la chambre.

    L?uf  

      On me vend, on mach?te,
      On me coupe la queue,
      On me d?nude un peu,
      Puis on me fend la t?te
      Vous ?tes sans piti?,
      Et pourtant, vous pleurez.

    LOignon  

      Une chose que lon peut voir,
      Quon ne peut prendre ni toucher,
      Courte ? midi, longue le soir,
      Lhiver perdue, l?t? cherch?e,
      Fid?le, chacun a la sienne,
      Tu ne peux marcher sur la tienne.

    LOmbre  

      Une colonne blanche,
      Des larmes qui se figent :
      Fleur de feu sur sa tige,
      D?j? ma flamme flanche.

    La Bougie  

      Sans yeux, sans bouche,
      Elle a deux bras.
      Quand elle va,
      Ses pieds ne touchent
      Jamais la terre.
      Tourne sa t?te.
      Elle sarr?te
      Besogne faite.
      Quel grand myst?re !

    La Brouette  

      Un dos et quatre pieds
      mais je ne peux marcher.

    La Chaise  

      Mon premier nest pas froid,
      Mon deuxi?me est certain,
      Mon tout, sur le chemin,
      Marche avec moi.

    La Chaussure (Chaud S?r  

      Je dors le jour,
      Vole la nuit,
      Sans plumes pour
      Mon vol qui fuit
      Mais je souris.

    La ChauveSouris  

      Je suis noire audedans,
      Mais ce qui sort de moi
      Est blanc le plus souvent
      Et cest tout rouge en bas.

    La Chemin?e  

      Houp ! Houp ! Houp ! Houppette !
      Par la barbichette
      De ma tante Huguette
      Ta danse me pla?t !
      Ma fi?re Blanchette,
      Sors de ta cachette,
      Donnemoi ton lait !

    La Ch?vre  

      Longues pattes long cou long bec et
      longues ailes
      Voyageuse au long cours
      Si court le temps d?t? ?
      Strasbourg mes
      amours
      Lhiver est long sans elle

    La Cigogne  

      O? force, rage, ni violence
      Ne sont parvenues ? passer,
      Je fais un tour, et cest assez
      Pour triompher avec aisance.
      Tant de gens seraient ? la rue
      Sils mavaient perdue !

    La Cl?  

      En chocolat, en bronze, ou en argent dor?,
      Bonne au go?ter, grave ? l?glise, l?g?re au pr?.

    La Cloche  

      Questce qui court autour
      Du jardin sans bouger?

    La Cl?ture  

      Combien de points ?
      Combien dann?es ?
      Senvole au loin
      Ma destin?e.
      Petites ailes
      Sen vont aux cieux
      Pr?s du bon Dieu
      Qui donc estelle ?

    La Coccinelle Ou B?te ? Bon Dieu  

      Lenfant de son p?re
      Lenfant de sa m?re
      Le fils de personne

    La Fille  

      Quand le soleil surgit,
      Timide, elle rougit.

    La Fraise  

      Qui tire les larmes des yeux
      Sans chagrin,
      Et qui trace vers les cieux
      Son chemin ?

    La Fum?e  

      Belle,
      Parce quil g?le.
      Dure,
      Par la froidure.
      Lisse,
      Pour que tu glisses.

    La Glace  

      Toujours plus loin, toujours plus haut,
      Un saut, deux sauts, trois sauts,
      Dans lair un peu, dans leau parfois,
      Quoi ? Quoi ? Quoi ?
      Quoi ? Quoi ? Quoi ?

    La Grenouille  

      Toit de fer
      Murs de verre
      Une chambre
      O? ?a flambe

    La Lanterne  

      Le commencement dun enchantement
      Le milieu de la mer et le bout de la terre
      Le d?but et la fin de tout espace
      Ainsi sach?ve chaque trace

    La Lettre E  

      P?le, p?lot, poli, placide est mon visage.
      Il est environn? d?tincelles de feu.
      Solitaire, la nuit, il attire les yeux.
      Le jour le rend blafard, le grand soleil loutrage.
      Parfois, je diminue, et, tout maigre, je suis
      Un croissant tremp? dans le caf? de la nuit.

    La Lune  

      Pour commencer, jai le teint blanc.
      Pour continuer, je verdis.
      Apr?s, je deviens rougesang.
      Pour finir, noire comme nuit.

    La M?re  


- - - - - - -   -   -   - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -   - -


1ZZ.RU © 2013

.

@Mail.ru
@Mail.ru